dimarts, 12 de maig de 2009

Amb carinyo :-D

avec câlin,

Les bobos

by Renaud

On les appelle bourgeois-bohêmes
Ou bien bobos pour les intimes
Dans les chansons d'Vincent Delerm
On les retrouve à chaque rime
Ils sont une nouvelle classe
Après les bourges et les prolos
Pas loin des beaufs, quoique plus classes
Je vais vous en dresser le tableau
Sont un peu artistes c'est déjà ça
Mais leur passion c'est leur boulot
Dans l'informatique, les médias
Sont fiers d'payer beaucoup d'impôts

Les bobos, les bobos
Les bobos, les bobos

Ils vivent dans les beaux quartiers
Ou en banlieue mais dans un loft
Ateliers d'artistes branchés,
Bien plus tendance que l'avenue Foch
Ont des enfants bien élevés,
Qui ont lu le Petit Prince à 6 ans
Qui vont dans des écoles privées
Privées de racaille, je me comprends

Ils fument un joint de temps en temps,
Font leurs courses dans les marchés bios
Roulent en 4 x 4, mais l'plus souvent,
Préfèrent s'déplacer à vélo

Les bobos, les bobos
Les bobos, les bobos

Ils lisent Houellebecq ou Philippe Djian,
Les Inrocks et Télérama,
Leur livre de chevet c'est Cioran
Près du catalogue Ikea.
Ils aiment les restos japonais et le cinéma coréen
Passent leurs vacances au cap Ferret
La Côte d'Azur, franchement ça craint
Ils regardent surtout ARTE
Canal plus, c'est pour les blaireaux
Sauf pour les matchs du PSG
Et d'temps en temps un p'tit porno

Les bobos, les bobos
Les bobos, les bobos

Ils écoutent sur leur chaîne hi-fi
France-Info toute la journée
Alain Bashung Françoise Hardy
Et forcément Gérard Manset
Ils aiment Desproges sans même savoir
Que Desproges les détestait
Bedos et Jean-Marie Bigard,
Même s'ils ont honte de l'avouer
Ils aiment Jack Lang et Sarkozy
Mais votent toujours Ecolo
Ils adorent le maire de Paris,
Ardisson et son pote Marc-O

Les bobos, les bobos
Les bobos, les bobos

La femme se fringue chez Diesel
Et l'homme a des prix chez Kenzo
Pour leur cachemire toujours nickel
Zadig & Voltaire je dis bravo
Ils fréquentent beaucoup les musées,
Les galeries d'art, les vieux bistrots
Boivent de la manzana glacée
En écoutant Manu Chao
Ma plume est un peu assassine
Pour ces gens que je n'aime pas trop
Par certains côtés, j'imagine...
Que j'fais aussi partie du lot

Les bobos, les bobos
Les bobos, les bobos
 
Moi aussi Renaud.

8 comentaris:

Òscar Roig i Carrera ha dit...

Mola aquesta cançó, tot i que no he entès gaire res de la lletra a banda de "Houllebecq". Houllebecq, Houllebecq, Houllebecq...t'agrada eh?

És una sàtira als pijos-progres francesos, no?

F.Puigcarbó ha dit...

vols dirs que els esmentats o citats en la cançó son "els bobos"?

Clidice ha dit...

Si, i com diu ell, a ell mateix també :) i jo mateixa i tants d'altres ... no cal enganyar-nos, ni fer-nos mala sang :)

bobos= bourgeois-bohêmes,
bourges = bourgeois,
prolos = proletaris.

és argot, Francesc :) el teu adorat Saura hi quadraria :P

Galderich ha dit...

Fantàstic repàs on nosaltres podriem incloure altres bobos i incloure'ns també a nosaltres. Després de l'anterior post una mica de frescor i bona música!
M'agradat sobretot l'"En écoutant Manu Chao". Començo a estar una mica fart dels salvadors oficials de la contracultura, si es que això existeix.

Clidice ha dit...

És més fàcil adherir-se a una etiqueta, de dretes, d'esquerres, de cultura, de contra-cultura, que no pas qüestionar-se dia a dia les pròpies idees, acceptar allò erroni o intentar trobar quelcom que s'adigui més amb el que un va desenvolupant pel camí.

Tots, sense exclusió, estem sotmesos a modes i a anti-modes. No cal posar-s'hi pedres al fetge :D

Fina ha dit...

Clidice quan tens raó, tens raó.

Genuflexions mil. :-)

Manel Aljama ha dit...

Una cançó en la línia de Moustaki i potser digna de ser cantada en el Théatre Bobino que afortunadament encara s'aguanta i no l'han reformat.
Felicitats per l'agudesa i l'oportunitat.

Clidice ha dit...

Fina, no cal que et fotràs el genolls enlaire XDDDDDD (txatxerà xe :P)

Gràcies Manel :)